An American Prisoner Of War has been turned. Or has he?

Publié le par sharkjumping

Cet article arrive un peu à la bourre, car la saison 1 de Homeland (Showtime) est déjà finie depuis plusieurs mois, mais je me devais de faire une note sur cette brillante série qui s’achève à l’image de tous ses épisodes ; dans un florilège de cliffhangersplus haletants les uns que les autres.

 

Homelandposter

 

Ce post ayant pour but de motiver les gens à adopter le sergent Brody et tous les autres personnages - plus dingues les uns que les autres -, j’essaierai de ne spoiler aucun lecteur innocent. Sinon, je parlerai en langage codé (en effet, je me prends pour un agent secret de la CIA depuis que j’ai découvert que pour l’être il suffisait d’avoir des troubles du comportement, et d'être bonne).

 

                        PX00191 911             homeland carrieupset      

 

                 (Preuve qu’elle est bonne)             (Preuve qu’elle est folle)

 

Je vous rassure, elle n’est pas vraiment folle, elle fait semblant. En vrai, elle fait tellement bien semblant que l’actrice Claire Dane a récemment raflé un Golden Globe mérité pour son excellente performance. Après avoir vu toute la saison, je suis d’ailleurs du coup un peu déçue que Damian Lewis (l’acteur principal) n’ait pas reçu le sien (que Kelsey Grammer lui a piqué) , parce qu’il est quand même très bon.


Malgré une bouche qu’il a volé à un hamster.

 

Homeland-Clean-Skin-S01E03-425x283

 

(Bouche volée à un hamster)

  

Certains me diront que je viens de spoiler pas mal de gens, mais en réalité, on sait depuis le premier épisode que Carrie prend des pilules magiques que lui donne sa sœur médecin, et que du coup elle doit forcément pas en avaler une demi-douzaine par semaine juste parce que la couleur des gélules est funky.

 

Résumons de manière simple et précise le Plot de cette série, qui s’inscrit dans la lignée des œuvres post-9/11 qui ont fleuries à la télévision ces dernières années (The Event, FlashForward, Person of Interest) ; la série s’ouvre sur l’agent Carrie Mathison, agent secret pour la CIA déployée à Bagdad, qui apprend par l’une de ses sources – juste avant qu’il ne se fasse exécuter – qu’un American Prisoner of War (ou P.O.W pour les néophytes) has been turned, i.e qu’un des militaires retenu en otage par des terroristes s’est fait tellement embrouiller qu’il serait passé du côté obscure de la force.

 

Quelques années plus tard, on retrouve le sergent Nick Brody (Damian Lewis) enfermé au fond d’un trou au Moyen-Orient alors qu’il était porté disparu depuis sa capture par des terroristes et supposé mort depuis huit ans. Il revient alors sur le sol américain et est accueilli en héros par tout le pays, et même les plus hauts dirigeants (remarque : le vice-président joue un rôle très important alors que l’on a jamais aperçu le président).


Evidemment, comme la photo promo de la série l’annonce si bien, « The Nation sees a hero. She sees a threat ». L’agent Carrie Mathison va donc essayer de convaincre ses patrons de la laisser espionner Brody, persuadée qu’il est un traître, alors qu’il n’y a aucune preuve contre lui.

 

Pourtant, il imite Dumbo 

 

Capture-d-ecran-2012-02-14-a-17.45.41.png

 

Il tue des cerfs

 

Capture-d-ecran-2012-02-14-a-17.49.04.png 

 

Et il a une bouche de hamster (voir ci-dessus).

 

 

Plus sérieusement, toute la beauté de Homeland réside dans le fait que l’on ne sache jamais sur quel pied danser. Le personnage au centre de l’action, Brody, est ambigu ; dès que l’on commence à s’attacher au sergent, on apprend une nouvelle information ou on le voit faire quelque chose de morally wrong qui nous pousse à douter de son intégrité.

 

De plus, comme la seule personne qui croit en sa culpabilité est une agent brillante mais instable (on ne sait pas encore pourquoi au début de la série, alors je ne spoilerai pas, mais elle prend quand même des petites pilules), elle a d’autant plus de mal à obtenir le soutien de sa direction ou même du peu d’amis ou de famille qu’elle a.

 

Ceux qui pensent que la chasse aux terroristes aux Etats-Unis arrive à son terme pourront découvrir ici qu’elle reste la priorité Numéro 1 des agences gouvernementales ainsi que de la Maison Blanche. L’Amérique Post-9/11 est toujours aussi marquée, et l’on comprend bien toutes les relations complexes, toutes les combines, les arnaques, les jeux de pouvoir qui peuvent exister entre militaires et hommes politiques.

 

Homeland tient le téléspectateur en haleine tout en n’ayant jamais recours à de gros artifices dont on voit les ficelles épaisses comme la dread d’un rasta. Le rythme est extrêmement soutenu alors que la majorité des plans sont posés, relativement longs et calmes, alors que la caméra ne bouge qu’à peine. En fait, Gordon & Gansa (les créateurs de la série, adaptée de la série israélienne Hatufim) sont parvenus à donner une atmosphère « intense » à chacun de leur plan ; on a l’impression que chaque seconde de l’épisode compte et on n’est jamais tenté d’appuyer sur « avance rapide » (contrairement à lorsque les élèves de Glee commencent à chanter) (du coup un épisode de Glee peut être vu en 13 minutes, pratique !).

 

De plus, et c'est sûrement une déformation qui vient de ma passion pour la série Alias (ABC) (les premières saisone en tout cas), j'adore les cliffhangers, ces évènements qui viennent tout bouleverser à 30 secondes de la fin de l'épisode et Homeland en offre une belle panoplie. Une série qui donne envie de consommer ses 12 épisodes en une journée, ça ne peut qu'être un gage de qualité.

 

Bref, Homeland fait partie de ses séries qu’il faut avoir vu, car elle est, avec Boss, la révélation de cette année. 

 

Si vous n’êtes pas encore convaincus, il me reste un argument de choc.

 

Dans Homeland, il y a aussi une Alien.

 

En effet, Morena Baccarin, qui joue la femme de Brody,  est plus connue pour avoir incarné Anna, la chef des Visiteurs dans la série V pendant deux saisons.

 

Du coup elle s’est déguisée pour ne pas qu’on la reconnaisse.

 

                 homeland-morena-baccarin-4-copie-1.jpg    main-qimg-eca51b4acdef6f9ee8cf6d51d5534158

 

(Trouve sur quelle image elle joue la femme d'un sergent américain, et sur laquelle elle joue un Alien)  

 

J'espère vous avoir donné envie. 

Publié dans Présentations

Commenter cet article