E Pluribus Anus

Publié le par sharkjumping

Autant te le dire tout de suite, j’aime bien les séries comiques. Je sais que ça fait de moi un être inférieur aux yeux des sériphiles qui ne jurent que par les policiers ou les dramas, mais j’aime toutes les séries, et j’aime particulièrement rire devant une série TV.

 

Evidemment, l’époque "Friends" est révolue et de plus en plus de séries « alternatives » ont vu le jour, qui me donnent foi en l’avenir de mes éclats de rire. Je les classe souvent en deux catégories, celles des Networks (How I Met Your Mother, Glee, Modern Family, 30 Rock) et les autres (The Big C, Louie, Enlightened, Nurse Jackie) (même si la plupart sont plutôt des « dramédies », qui jouent sur le tableau « humour noir ») (je te le dis tout de suite, c’est celles-ci que je préfère).

 

Pourtant, un espèce d’ovni créée par Dan Harmon est apparu il y a trois ans sur les ondes, diffusé tous les jeudi sur NBC, j’ai nommé Community.

 

Community_title.jpg


Community, c’est au départ une série qui peut faire peur ; sept personnages principaux (donc beaucoup de nouvelles têtes à retenir d’un coup), qui semblent tous être des « token » inutiles (i.e la création d'un personnage issue d’une minorité juste pour respecter les quotas imposés par la société, les critiques, et les chaînes d’aujourd’hui) (et en même temps, on ne peut que y penser, lorsque l’on voit se côtoyer une juive, une blonde, un musulman, un vieux, un asiatique, deux noirs et un alpha white male attirant, qui se sont comme par hasard tous retrouvés ensemble).

 

Mais Community, c’est bien plus que cela.

tv_community02.jpg

 

(Coucou, on a assez de minorités pour que NBC n'ait plus besoin d'en représenter une seule dans ses autres séries pendant les 3 prochaines années)

 

Tout d’abord, elle fait fi des clichés car elle s’en moque ouvertement. C’est d’ailleurs sur ce principe qu’est basée toute la série. Chaque personnage est à la fois au centre de l’intrigue et ridiculisé par tous ses « camarades » de classe à chaque fois qu’il ou elle ouvre la bouche. De toute manière, les héros de cette série sont des losers, et ils le savent. D’ailleurs, tous les élèves de ce « Community College » (la version considérée comme « inférieure » du College américain) ont forcément raté quelque chose pour y atterrir (une excellente élève qui a dû quitter le lycée car elle se droguait à l’Adderall, un ancien quaterback qui a perdu sa bourse de sportif après s’être blessé, un vieil homme qui y est inscrit depuis 1999 afin de retrouver sa popularité d’antan…).

 

Ainsi, dès les premiers épisodes, on n’hésite pas à se moquer d’eux, allègrement et en toute impunité, tout en s’attachant peu à peu à leur folie et en devenant finalement totalement accro à la série. Car Community rend accro, c'est un fait.

 

Déjà, parce que comme dans chaque série, un personnage se détache toujours du lot, et dans celle-ci, c’est Abed qui tire son épingle du jeu.

 

abed-community.jpg

(Abed, c’est lui.)

 

Abed est incollable sur la pop culture et connaît toutes les références au monde sur le cinéma et les séries TV. Il n’hésite d’ailleurs pas à comparer les situations qu’il vit à des épisodes de ses œuvres préférées, et met souvent en avant des éléments qui seraient, dans d’autres séries, complètement passés sous silence.

Par exemple, lorsque qu'un prodcteur décide de gagner de l’argent sur un épisode, on créé régulièrement un « Bottle Episode », ce qui signifie que tout l’épisode se tournera uniquement à huit clos, dans une pièce dont les personnages ne pourront sortir pour des raisons obscures (prise d’otage, contamination par un virus mortel). Dans l’épisode 8 de la saison 2, la raison est totalement incongrue (comme tout dans Community), Annie, la « bonne élève » a égaré un stylo, et pense que le responsable est dans la pièce, empêchant ainsi tout le monde d’en sortir. C’est alors, avant même la première coupure pub, qu’Abed nous annonce « This is starting to feel like a bottle episode ».

 

Il n’hésite pas non plus à faire des références à d’autres séries, comme ses constantes allusions à « Cougar Town » (une de ses préférées) (on ne sait d’ailleurs pas si cette obsession est vraiment ironique, car le réalisateur  de Community est très proche de ceux de ladite série) ou ses « one-liners » cinglantes, comme : "The kid's gonna be a star, he's a young "the asian guy from Lost" ou "To be blunt, Jeff and Britta is no Ross and Rachel"

 

Un des meilleurs moments pour moi fut le moment où on appris la mort de tous les membres du « Glee Club » du Greendale Community College dans la saison 2, puis la réédition de la moquerie dans le dernier épisode de la saison 3 avant le « hiatus » de décembre, alors que les personnages doivent remplacer le Glee Club existant (ou plutôt reformé avec de nouveaux membres) et n’arrêtent pas de parler de « Regionals » (« Regionals » étant un des concours auquel les élèves de la série Glee rêvent de participer) (alors que dans Community, tout le monde se demande ce que c’est).

 

En fait, Community est une série qui se moque des autres, tout en étant parvenue à créer son propre style. Des épisodes entiers ont été consacrés à faire des remakes loufoques de Pulp Fiction, My Dinner with Andre, ou Good Will Hunting. Les dialogues sont constamment peuplés de références culturelles, les personnages se prennent même parfois pour des héros de films. En fait, tout est kitsch, mais tout passe parce que tout est délibérément assumé, et poussé à l’extrême.

 

community2.19-pulpfictiongroup-03-25-11


Le directeur du Greendale Community College, le « Dean », en est un excellent exemple. C’est un personnage tout ce qu’il y a de plus décalé, qui adore se déguiser (de préférence en femme), et tente d’améliorer comme il peut son école qui souffre par sa mauvaise réputation (méritée) et trouve pour cela les idées les plus ridicules, comme :


 jim-rashs-dean-pelton-on-community-nbc-gets-our-prize-for-m

 

La mascotte de Greendale (The Greendale Human Being), qui a été choisie pour être totalement « ethniquement neutre » et donc représenter tous les élèves. Sauf que du coup, il fait juste très, très peur.

 

greendale 

 

Ou encore l’emblème de Greendale

 

tumblr lab5laRKLs1qzua91o1 500 (1)

 

Oui, tu peux y voir un anus. Tous les élèves du College l’ont pensé. D’ailleurs, ce sont les 7 personnages qui ont soumis cette idée de drapeau au vote des élèves, et ce drapeau a gagné. Sauf le Dean pensait que cela voulait dire « the crossroads of ideas »

Well, no.

It’s an anus.

  

Au final, Community est une série aussi géniale, car elle dispose d’une « fan base » tout à fait hors du commun. Ces regroupements de fans autour d’une série qui ne fait pas toujours l’unanimité auprès du grand public ou des networks n’est pas quelque chose d’inconnu ; on sait que Chuck a eu une saison 5 (et même une 4) grâce à la mobilisation de ses fans (qui envoyaient des sandwich Subway, promoteur de la série, aux producteurs et à NBC), et que Arrested Developement (meilleure série comique du monde) a survécu trois années grâce à l’engouement de ses fans.

 

Pour Community c’est la même chose, de nombreux accros se retrouvent sur des forums pour parler ensemble des épisodes récents, des futures théories et même pour discuter avec Dan Harmon (qui répond souvent aux questions des téléspectateurs).

Tu peux même t’acheter un T-Shirt avec l’anus de Greendale, si ça te chante.

Perso, j’hésite encore un peu.

Peut-être pour nouvel an.

 

De ce fait, les fans deviennent complètement hystériques lorsque certaines « private jokes » ressortent d’une saison à l’autre, ou que le fameux Paintball Episode arrive.

 

Là tu te demandes ce qu’est le Paintball Episode, alors je vais te l’expliquer, parce que je suis sympa.

 

Pour clôturer la saison 1 (enfin presque, c’était l’épisode 23), Dan Harmon avait décidé d’inventer un épisode centré autour du thème « Paintball war ». Pour te le décrire, je peux te montrer une image :


 NUP 139913 0006.JPG gif 627x325 crop upscale q85

 

Et te dire d’imaginer que tous les élèves d’une université soient armés d’un pistolet paint-ball dernier cri, et que le gagnant (le « Spring Fair Paintball Assassin ») se verra remettre un prix, qui n’est autre que le droit de s’inscrire en premier dans tous les cours du semestre qui suit (et donc de créer son emploi du temps à sa guise). Comme tu peux l’imaginer, tout dégénère et l’on a le droit à de pittoresques parodies de Westerns et de films d’aventure (quand le héros est à deux doigts de mourir et murmure quelque chose dans l’oreille de celui qui le prend dans ses bras, par exemple).

  

Cet épisode a si bien marché aux USA que les scénaristes ont remis ça pour la deuxième saison, en s’offrant un guest de choix :

 

Community Season 2 Episode 23 A Fist Full Of Paintballs 5-3

 

Oui ! Sawyer a quitté Lost pour venir shooter des élèves de Greendale ! Dans un épisode en deux parties, s’il te plait (A Fistful of Paintballs et For A Few Paintballs More). Evidemment, la folie des personnages est encore décuplée, et il existe à présent des mitraillettes-Paintballs. True Story.

  

Au final, on ne pourrait parler de Community sans mentionner l’épisode 11 de la saison 2, « Abed’s uncontrollable Christmas », qui a été créé entièrement en dessin animé stop-motion.

 

COMMUNITY-Abeds-Uncontrollable-Christmas-550x336 

 

Bien sûr, si tu ne connais la série, tu riras moins en regardant cet épisode (mais tu peux déjà voir, avec les photos que j’y ai mis, la ressemblance avec les personnages ainsi que les situations folles dans lesquelles ils sont partis), mais tu peux tout de même le faire, rien que pour la beauté des images et le comique toujours aussi moqueur du scénario.

 

171844 

 

Comme tu t’en doutes, j’adore Community, et je la regarderai jusqu’à sa fin. Et sa fin, je l’imagine dans un futur lointain. Enfin, je l’imaginais.

 

Car figure-toi que NBC a pris une décision plus que contestable ; la mise en « hiatus » de la série (qui normalement aurait dû reprendre comme toutes les autres en janvier) pour la remplacer par la nouvelle saison de 30 Rock qui débarque pour la nouvelle année.

Seulement voilà, le « hiatus », pour une série, n’est jamais bon signe, surtout lorsque l’on ne donne aucune date de diffusion pour le reste de la saison.

 

Bon nombre de bloggeurs et de fans s’en sont indignés avant moi, mais je me dois d’apporter ma pierre (enfin ma petite pierre) (mon galet, quoi) à l’édifice et crier haut et fort à l’outrage. Community, c’est drôle, c’est irrévérencieux, c’est beau, c’est drôle et c’est subtil.

 

Et je t’ai déjà dit que c’était drôle ?

Publié dans Présentations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clovis Simard 26/08/2012 23:02

Blog(fermaton.over-blog.com),No.19. - THÉORÈME de L'AVENIR. - Prédiction du futur.