I won.

Publié le par Marie Turcan

A la fin de la quatrième saison de Breaking Bad, Walter White prononçait ces deux mots à sa femme après avoir, non sans peine, tué son pire ennemi, Gus, dans une explosion mémorable. Néanmoins, les dernières secondes de cet épisode étaient consacrées à l’avènement de Walt en tant qu’homme prêt à tout pour arriver à ses fins, même à empoisonner un enfant.

 

breaking-bad1.jpeg 


De nombreuses questions étaient alors soulevées : est-ce que Jesse réalisera que c’est bien son acolyte qui a tenter de tuer l’enfant de sa petite amie ? Mike survivra-t-il à ses blessures ? Qu’en est-il de Ted Beneke et son ironique chute potentiellement mortelle ? 

 

Dans le premier épisode de la saison 5, qui a repris dimanche dernier sur AMC, des réponses sont apportées mais on se rend rapidement compte qu’elles n’ont pas grande importance. Mike est en vie, Beneke aussi mais dans un sal état, quant à Walt, il semble avoir perdu la seule chose qui le rendait encore attachant : sa peur.

 

A présent qu’il a tué Gus, Water est l’homme le plus puissant du Nouveau-Mexique, mais il est aussi le plus en danger, car les policiers, et en particulier son beau-frère Hank, enquêtent sans relâche sur la mort de Gus. Jesse, Mike et Walt doivent donc se faire à l’idée que rien n’est terminé et qu’il failli à présent couvrir ses traces.

 

Sauf que Walt n’a plus peur de rien. Il n’hésite pas à proposer sans sourciller de détruire un ordinateur gardé sous scellé dans un bâtiment de police, alors que Mike s’y oppose formellement, mais que Jesse a l’air d’avoir compris que Walt ne renoncera pas, et que ses plans fonctionnent toujours, au final.

 

Cependant, « Live Free or Die » est surtout l’épisode qui sonne les retrouvailles entre un public et son addiction : le retour de Breaking Bad pour sa dernière saison, qui promet de grands moments de télévision.

 

Pour preuve, Vince Gilligan, son créateur, reprend la petite habitude qu’il avait développée lors de la saison 2, soit de montrer deux minutes de flashforward avant le générique, qui montre au téléspectateur le début de l’histoire qui arrivera dans le dernier épisode de la saison. Aussi, lorsque l’on découvre Walter avec des cheveux (!) dans un Denny’s loin de chez lui, échanger de l’argent avec un inconnu contre une voiture qui contient accessoirement une mitraillette M60, on comprend que la saison sera pleine de rebondissements.

 

Capture-d-ecran-2012-07-21-a-16.57.41.png

Walt et des cheveux

 

La question qui se pose est donc la suivante : Walt a-t-il atteint le point de non-retour ?. Lorsque celui-ci rend visite à Saul Goodman, il agit pour la première fois comme un homme qui a confiance en sa force physique, se levant doucement de son siège pour s’approcher lentement de Saul et le menacer sans hésitation. Walter White, le gentil professeur de chimie, est devenu terrifiant. Est-il en train de perdre son humanité au profit de sa réputation ? Cela sera définitivement un des grands enjeux de cette saison.

 

Sa relation avec sa famille n’aura de cesse d’être mise à rude épreuve, en particulier avec sa femme qui a l’air de le craindre de plus en plus sans qu’il ne le remarque. Alors que Walt cherche la reconnaissance pour avoir « sauvé » sa famille, il ne réalise pas qu’il est devenu un autre homme et que son pouvoir commence à s’étendre également dans sa vie privée. Les derniers mots de l’épisode, murmurés à l’oreille de Skyler, « I forgive you », font échos à une scène qui pourrait être tout droit sortie d’un film, entre des mafieux qui se menacent à coup de pardon, qui veut plutôt dire « je t’ai pardonné, maintenant tu m’appartiens ».

 

Skyler doit à présent être persuadée qu’elle a mis le doigt dans un engrenage mortel, pas seulement pour elle mais pour ses enfants qui sont également en danger (une référence à la fille de Walt dans le « previously » puis trois scènes avec le poupon, pas de doute, sa présence n’a pas été oubliée).

 

A présent, Walter White est à la fois pris à son propre piège et convaincu d’être un génie invincible, rongé par l’orgueil (« Because I say so ») alors même que depuis quatre ans, les téléspectateurs le voient créer plus de problèmes que de solutions à cause de ses trouvailles approximatives.

 

La saison 5 de Breaking Bad sera séparée en deux parties : les huit premiers épisodes seront diffusés en 2012, et le reste en 2013. Il est possible d’en vouloir à AMC pour ce choix purement commercial, mais en même temps, il est toujours rassurant de savoir qu’on a encore, pour au moins un an, d’une des meilleures séries de tous les temps. 

Publié dans Actualité

Commenter cet article