Les Bitches sont dans la place

Publié le par sharkjumping

Quand on pense qu’il n’y en a plus… Il y en a encore !


Alors qu’on pourrait se méprendre et penser que la majorité des séries de qualité sortent en Septembre, il se trouve que la plupart du temps, d’excellentes productions sont encore diffusées au cours de l’année.

 

Après les séries qui reviennent (Mad Men, Game Of Thrones, The Big C, Nurse Jackie) et les nouvelles Girls (HBO), Scandal (ABC) et Veep (HBO) qui sortira dimanche prochain sur le petit écran et que l’on attend déjà avec impatience, ABC lance son fameux Don’t Trust The B--- In Apartment 23 (ABC).

 

Dont-trust-the-b-in-apartment-23-poster.png

 

Vraiment ABC, un nom pareil ? Le titre pourrait être sorti tout droit d’un album des Fall Out Boys tellement il est long et impossible à écrire.

 

L’avantage, c’est qu’il est déjà possible de prendre les paris sur le petit nom que la série se verra attribué par ses fans: le joli et si court acronyme DTTBIA23 ? Le charmant Don’t trust the Bitch ? Le classique Apartment 23, légèrement moins transparent ?

 

Cela n’engage que moi, mais j’ai personnellement nommé le dossier photos que j’ai créé pour cet article : bitch. Court, simple, accessible, je crois que la chaîne gagnerait à le populariser.

 

De plus, il y en a assez du créneau « titre qui choque » pour faire du buzz autour de la série, avant de se rétracter. On le sait, ABC est sûrement le network le plus conservateur (même la FOX de Murdoch réussit à diffuser les Simpsons ou Arrested Development, il fut un temps) et on le sait, jamais ils ne garderont le mot « garce » dans le titre d’une de leur série. Good Christian Bitches en a fait les frais, devenant Good Christian Belles puis simplement GCB

 

Cependant, le fait que ABC se lance dans une nouvelle comédie, alors qu’elle ne dispose que de trois séries de ce genre sur la vingtaine qu’elle diffuse de hebdomadairement (Cougartown, Modern Family et The Middle), ne peut être qu’acclamé.

 

Que penser de Don’t Trust the Bitch In Apartment 23, alors ?

 

De prime abord, pas grand chose de bon. De toute manière, à partir du moment où l’héroïne, June, ressemble à ça, je m’insurge.

 

Capture-d-ecran-2012-04-19-a-18.33.11.png

 (Je m’insurge)

 

Certes, c’est du racisme anti-belles-gosses, mais il y a vraiment de quoi paniquer, surtout lorsque l’on a visionné les premiers épisodes de GCB, série dans laquelle la protagoniste joue aussi mal que son sourire et ses cheveux blonds brillent.

 

Et puis Dreama Walker (qui joue le personnage de June) a parlé, et j’ai ri. De ce fait, il était difficile de lui en vouloir d’avoir une tête de poupée barbie écervelée.

 

Car ce que je n’ai pas dit plus tôt, c’est que DTTBIA23 (je les essaie tous) fait rire. Et pour une comédie, c’est vraiment un bon point de départ.

 

Certes, ce n’est pas l’histoire qui passionne (une jeune fille perdue à New-York, obligée d’emménager avec une colocataire déjantée et un peu garce) mais ce sont ses dialogues et, surtout, ses personnages secondaires.

 

Outre les courtes apparitions de Liza Lapira – géniale dans Traffic Light et Dollhouse – qui interprète une voisine obsédée par la colocataire de June, c’est surtout cette dernière qui retient toute l’attention du téléspectateur.

 

Peut-être parce qu’elle tourne des scènes comme celle-ci :

 

Capture-d-ecran-2012-04-19-a-18.42.31.png

  

Peut-être aussi parce que l’interprète de Chloe (Krysten Ritter) a excellé dans Breaking Bad (la toxico dont Jesse tombe amoureux dans la saison 2) et qu’elle réussit à se transformer pour adopter un ton plus léger bien que mordant. Certes, certains aspects de son personnage seraient à revoir : il aurait été intéressant de la présenter comme quelqu’un qui n’a réellement aucune morale, alors qu’il lui suffit deux épisodes pour s’attacher à June… Mais sur la forme, les intonations et les expressions sont au rendez-vous, et font mouche.

 

Autre particularité de Don’t Trust The Bitch, c’est son entrée dans les séries qui misent sur le come-back d’un acteur has-been qui fait son grand retour en interprétant son propre rôle. James Van Der Beek, le célèbre Dawson, et victime volontaire de nombreux memes, débarque en effet et se moque de son image comme l’a fait avant lui Matt LeBlanc dans la récente Episodes.

 

Capture-d-ecran-2012-04-19-a-19.09.22.png 

 

Car Chloe n’est pas seulement une Bitch, c’est aussi la meilleure amie de James Van Der Beek en personne, son « gay BFF, but straight » (son meilleur ami gay, mais hétéro).

 

On ne sait pas très bien quel sera le rôle de l’acteur mais il est évident qu’il hérite de la majorité des dialogues drôles, lorsqu’il lui arrive de réfléchir sur sa carrière mais aussi lorsqu’un fan l’appelle Dawson, qu’on lui chante le générique de la série Dawson’s Creek ou encore qu’il utilise la fameuse chemise en flanelle qui a rendu célèbre son ancien personnage pour draguer tout ce qui bouge.

 

Au final, Apartment 23 a le mérite de faire rire et d’oser certaines blagues, mais cela reste une production de network. On sent l’influence de Episodes (Showtime) dans les références à Dawson, mais sans la liberté d’action offerte par la chaîne câblée ; forcément c’est moins trash, mais c’est déjà un bon début.

Publié dans Présentations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article