Une communauté en danger

Publié le par sharkjumping

L’épisode 18 de la saison 3 de Community (NBC), « Course Listing Unavailable » vient de sortir aux Etats-Unis, et déjà une question cruciale s’impose aux téléspectateurs : où veut en venir Dan Harmon ? 

 

Community_title.jpg

 

Le créateur de la série, qui n’a pas sa langue dans sa poche et dont les tweets (@danharmon) drôles et réguliers viennent illuminer les journées de ses followers, semble en effet commencer à tourner en rond. Alors que la semaine dernière, les téléspectateurs sériephiles ont pu se délecter de l’épisode « Basic Upine Urology », une brillante parodie de la série Law & Order comme on les aime, l’épisode 18 est presque « normal » et, de ce fait, incompréhensible.

 

L’épisode s’ouvre sur la mort de « Starburns » (ou Alex, comme personne ne l’appelait jamais), le fameux élève qui trouvait élégant de raser ses favoris en forme d’étoile.

 

images.jpeg

 

Des favoris en forme d’étoile.

 

S’enchaînent alors plusieurs scènes discontinues dans lesquelles les élèves du Greendale Community College se recueillent (forcément irrévérencieusement) puis se révoltent contre leur propre école, prétextant l’annulation d’un cours pour contester la légitimité de leur université. Le Dean, qui s’était pourtant dépassé en matière de déguisement glauque qui met mal à l’aise, doit alors à faire face à son incompétence et les « Greendale Seven » responsables du soulèvement, Pierce, Britta, Shirley, Abed, Troy, Annie et Jeff sont finalement exclus.

 

 Capture-d-ecran-2012-05-05-a-12.22.13.png

 

Sur le papier, l’épisode semble prometteur, n’est-ce pas ? Pourtant, on est presque gêné en visionnant ces vingt minutes sans queue ni tête qui, pour une fois, ne font pas rire.


Community, je t’ai toujours soutenue, et j’espère que NBC ne fera pas l’erreur de t’annuler alors que l’on sait que la troisième saison d’une série est toujours la plus difficile. Mais il va falloir se reprendre, et vite.

 

Le seul personnage qui brille – et ce, depuis de nombreux épisodes – est Annie, qui s’est non seulement imposée comme le rôle le plus drôle et celui qui tient le groupe uni. Son discours devant la cafétéria, lors duquel elle annonce « Our school flag is an anus ! » et finit par un « Edison, Out ! » qui aurait pu être volé à 50 Cents était le moment le plus drôle de ces vingt minutes, c’est dire.

 

Non seulement la série ne peut pas tenir si elle se focalise uniquement sur Chang et sur le Dean, mais elle perd tout ce qui la rend intéressante ; le concept « chorale » qui donne la parole à tous les personnages, des protagonistes réalistes (même si, pour la plupart, fous) qui vivent des aventures improbables, de l’autodérision et surtout pas de sentiments dégoulinants de bonnes intentions auxquels se laissent aller beaucoup de productions.

 

Community peut se réclamer de Arrested Development (FOX et bientôt Netflix) en ce qu’elle a créé ses propres codes mais réussit toujours à surprendre, même les téléspectateurs les plus avertis. « Course Listing Unavailable » jure avec ce concept.

 

Les cinq dernières minutes, lors desquelles les sept protagonistes sont attablés autour d’une pizza et décident que tout ira bien, même s’ils ont été virés, parce qu’ils sont ensemble et que l’amitié est plus forte que tout, donne presque la nausée. Depuis quand les personnages de Community sont-ils sentimentaux, collégiaux, gentils, et surtout optimistes ?

 

Cette saison 3 a enchaîné les merveilleux épisodes, mais on ne peut passer outre le malaise ambiant qui règne dans ce dernier. Community vient de se voir attribuer un final de 90 minutes par NBC pour la fin de sa saison. Il ne reste plus qu’à espérer qu’elle ne reproduira pas les mêmes erreurs que jeudi dernier.  

 

A quoi bon donner dans le sentimental quand les fans n’attendent que du déjanté, des parodies et, avant tout, de l’humour ?  On ne doute pas une seconde de l’attachement qui existe entre les personnages, mais ce qui fait la beauté de la série est que justement, ceux-ci sont tellement inadéquats socialement qu’ils n’arriveront jamais à l’exprimer.

 

socially-awkward-penguin.jpg

 

Je ne veux pas d’une série qui finisse tous ses épisodes par des effluves de bon sentiment, je ne veux pas froncer les sourcils devant une série parce que je ne comprends plus où les scénaristes veulent en venir. Community est un projet ambitieux qui fait la part belle à la réflexion, à la pop culture et à l’intertextualité, et le monde des séries souffrirait de son départ. Même si les séries comiques commencent enfin à revenir sur le devant de la scène (Modern Family, Raising Hope, The Middle, Veep, Girls, Louie), Community reste un OVNI qu’il serait triste de voir exploser en plein vol.

 

Capture-d-ecran-2012-05-05-a-12.54.55.png

Publié dans Actualité

Commenter cet article

jerome 14/05/2012 08:51

Bon… je viens de regarder l’épisode 18 et 19 et j’aimerais quand même dire que je suis pas vraiment en accord avec toi 
Il est évident que cette série a besoin de se recentrer sur son unique but => nous faire rire avec des blagues racistes, méchantes, moqueuses, idiotes et j’en passe et j’en passe. MAIS il ne
faut pas oublier que toutes les séries du genre sont passées par ces phases (avec plus ou moins de brio), et pour le coup je trouve que Community s’en sort plutôt pas mal ! On sent le gros second
degré, on sent que les auteurs (comme depuis le début) partent dans tous les sens (le coup du faux psychothérapeute, Chang qui déraille, la recette étrange de Troy).
Donc après un moment à vide de la série, je trouve que cette fin de série est pas si mal que ça !
J’espère qu’un jour tu feras un post sur IT Crowd et It’s always sunny in Philadelphia !
Keep on’